Pour un environnement urbain durable

publié le 29 septembre 2006 (modifié le 24 mars 2011)

(27/09/2006)

Dans un rapport d’initiative adopté le 26 septembre, le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, demande des mesures pour améliorer la situation des villes fortement exposées à la pollution, parmi lesquelles l’élaboration de plans d’urbanisme garantissant un minimum d’espaces verts et favorisant le transport public et la bicyclette. Le rapport de Gyula Hegyi (PSE, Hongrie), adopté par 448 voix pour, 49 voix contre et 110 abstentions, fait suite à la communication de la Commission européenne sur une stratégie thématique pour le développement urbain durable.

Les députés insistent sur la nécessité d’encourager une plus large utilisation des transports publics dans les zones urbaines et appellent les Etats membres à donner la priorité au financement de projets qui mettent en uvre « une gestion urbaine durable et des plans de transport ».

Les États membres sont invités, en coopération avec les autorités locales, à déployer des efforts en vue de réorienter, dans les centres-villes, 5 % au moins du nombre de passagers-kilomètre vers des modes de transport durables, tels que les transports publics et la bicyclette, pendant la période 2002-2012.

Suite à l’adoption d’un amendement du PSE, le rapport propose que des fonds de l’UE soient alloués aux États membres pour leur permettre de réaménager des bâtiments et des quartiers.

De même un amendement adopté sur proposition du groupe PPE-DE suggère que la Commission, en coopération avec les autorités nationales, encourage toute agglomération de plus de 100.000 habitants à mettre en place un « programme de gestion urbaine durable » (PGUD) et un « programme de transports urbains durables » (PTUD).

Les Etats membres sont par ailleurs invités à tenir compte, lors de l’aménagement des villes, des usagers les plus vulnérables, notamment en abaissant la vitesse maximum autorisée, afin de réduire de 50% le nombre de décès par accident de la route d’ici 2010, comme le prévoit le Livre blanc sur la politique européenne des transports.

Selon les députés, la planification des aménagements urbains, le développement des zones vertes et les projets de construction urbaine devraient tenir compte de la nécessité de prévoir de vastes espaces naturels propres à rapprocher les citoyens de la nature.

Afin de répondre aux problèmes de manque de ventilation naturelle pendant les périodes de forte chaleur et de pollution atmosphérique élevée, les programmes d’urbanisme devraient en outre comprendre une étude du climat urbain.

Enfin, le rapport préconise la remise en état des vieilles conduites d’eau et canalisations des villes et le compostage des déchets végétaux, de préférence à leur incinération afin d’éviter une pollution localisée.
Par Anne Eckstein