Contenu

30 km/h – Redonnons Vie à la Ville

Le 8 février 2013 à Paris, plusieurs associations [1] ont lancé lors d’une conférence de presse une grande campagne de signatures en faveur de l’instauration du 30 km/h en ville comme vitesse de référence. Cette opération est menée dans le cadre d’une Initiative Citoyenne Européenne (ICE) portée par des associations de sept pays de l’Union.

Objectif : recueillir un million de signatures d’ici le 13 novembre 2013.

Le texte de la pétition de l’Initiative Citoyenne Européenne
« Nous suggérons une limitation de vitesse standard de 30 km/h (20 mph) au sein de l’Union Européenne pour les zones urbaines/résidentielles. Si elles peuvent démontrer que les besoins environnementaux et de sécurité des usagers les plus vulnérables sont respectés, les autorités locales pourront mettre en place d’autres limitations de vitesse. »

Comment signer la pétition :

Se munir d’une pièce d’identité et aller sur le site : http://fr.30kmh.eu/

Les avantages sont nombreux :

Pour les cyclistes, les piétons et la collectivité :

- La réduction de l’accidentalité par la réduction des vitesses. Sur environ 150 morts de cyclistes par an, 1/3 le sont en ville. Encore trop ! Un choc à 30kmh a 9 fois moins de probabilité d’entraîner la mort qu’un choc à 50 kmh.

- L’incitation à l’usage du vélo par la pacification de la circulation est susceptible d’attirer de nouveaux adeptes pour tous leurs déplacements de la vie quotidienne. Ils aideront à atteindre les objectifs économiques et écologiques fixés de mobilité durable.

- La ville à 30kmh rend possible un aménagement raisonné de la ville pour tous et pour les cyclistes en particulier : moins de vitesse ne signifie pas moins de débit mais moins de place laissée à l’auto, donc plus de trottoirs, de bandes cyclables, de double sens cyclables,..., donc moins de détours, de dénivelé,... pour un investissement minime.

- L’agrément d’une ville qui incite à la pratique des déplacements actifs aide à prévenir la plupart des pathologies et maladies chroniques qui résultent d’un manque d’activité physique. Cet effet induit déjà une économie annuelle de l’ordre de 6 milliards d’euros liée aux non-dépenses de santé des cyclistes.

Dans l’économie nationale, le vélo pèse déjà 3 milliards d’euros. Combien demain ?

La limitation à 30 km/h n’impacte que peu la vitesse de circulation moyenne en voiture en ville, mais apporte un gain de fluidité et de sécurité, une réduction du bruit et de la pollution automobile. La limitation de la vitesse à 30 km/h est une mesure qui apaise les zones urbaines et résidentielles, les rend plus accueillantes, plus sûres, plus confortables pour les habitants, les travailleurs et les visiteurs. Avec des rues limitées à 30 km/h, les habitants sont encouragés à faire leurs petits déplacements à pied, à essayer le vélo pour les trajets urbains, à rejoindre un arrêt de transport collectif-qui lui-même circule mieux.

Dossier complet sur le site de la pétition

Cet article fait partie de la Lettre DDV n°59
- retourner au sommaire
- téléchargez la

PDF - 870.4 ko
LettreDDV59

[1] Liste des associations françaises : Les Droits du piéton, La Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE), La Fédération des Parents d’Elèves de l’Enseignement Public (PEEP), La Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), La Fédération Nationale des Usagers des Transports (FNAUT), France-Autopartage, France Nature Environnement, La Rue de l’Avenir, L’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)