Contenu

Un beau livre pour une belle passion : celle du vélo (tiens, donc !)

Y a-t-il une culture cycliste, qui dépasserait les frontières, assemblerait dans une vaste fraternité et sororité [1] tant d’usagers aux motivations diverses et variées, autour d’une relation à un outil de déplacements qui depuis son avènement a montré qu’il était le plus adapté à notre souhait de nous mettre en mouvement?

C’est à cette question que tente de répondre Chris Haddon, l’auteur de Vive le Vélo !, un beau livre plein de couleurs, d’humains pédalant ou posant avec leur bécane qui leur ressemble, aux quatre coins du monde.

Inventeurs, collectionneurs, voyageurs au long et petit cours, facteurs en grand bi, punks, non conformistes, musiciens, designers font bon ménage : une jeune comédienne, parle de son Lejeune des années 50 : « Ce n’est pas le plus beau vélo du monde, mais tout en lui me plait ! » . Ça ne vous rappelle rien ? Ou cet autre : « Avant de partir en balade, je fais mon choix (dans ma collection) en fonction de mon humeur. Un lien se tisse entre mon vélo et moi et je sais d’expérience comment je vais me sentir une fois sur la route ».

A l’approche du 100ème anniversaire du Tour de France, ce livre au contenu plein de surprises, nous rappelle qu’il n’ y a pas qu’une façon de penser vélo et que la communauté cycliste, vaste et bariolée, habite les villes et les campagnes, est nomade, conserve, détourne, invente, poétise notre quotidien.

Vive le Vélo !, de Chris Haddon, photos de Lyndon McNeil, trad. Laure Motet (Hoebeke, 2013, 25,50 euros)

Cet article fait partie de la Lettre DDV n°60
- retourner au sommaire
- téléchargez la

PDF - 1.3 Mo
LettreDDV60

[1] fraternité = frères ; sororité = soeurs